© CGH-B 2019           Mentions légales        Mis à jour le 9 novembre 2021 

 

 

 

Cercle Généalogique 

du Haut-Berry 

Place Martin-Luther King                         18000 Bourges 

02.48.50.53.05/www.genea18.fr/courriel:info@genea18.fr  

POUR COMMANDER c'est ICI 

La vie d'une aristocrate en Berry au XVIIIe siècle de Nicole Ovaere-Raudet.

Découvert aux Archives Départementales, le livre de comptes, jamais analysé, de Marie-Magdelaine de Champgrand, fille du marquis de Maupas, est non seulement une source précieuse et infinie de détails sur la vie d’une des familles aristocratiques les plus aisées de Bourges, mais aussi une vue directe sur la vie économique et sociale de la fin du XVIIIe siècle. Du luxe au courant, les dépenses se succèdent, entre 1773 et 1804, et les plus importantes sont celles du vestiaire. Les dépenses côtoient les revenus agricoles de son grand domaine foncier, ainsi que des placements financiers, formant ensemble les sources de la richesse de la famille. Madame de Champgrand, veuve non remariée, élève seule Étienne, son fils unique, qui devient Mousquetaire du roi. Elle réside dans son hôtel particulier de la rue de Paradis et séjourne régulièrement dans ses deux châteaux de Quantilly et de Jussy Champagne. Gérant seule ses domaines avec l’aide d’intendants, devenant tour à tour, donneuse d’ordres, consommatrice, productrice et rentière, au carrefour de deux mondes imbriqués l’un dans l’autre, celui du plat pays où l’on récolte et celui de la ville où on dépense. lncarcérée un moment aux Ursulines avec son fils, Marie-Magdelaine de Champgrand, lectrice de l’Encyclopédie, de Télémaque et de Diderot, est une forte personnalité, héritière des Lumières, qui a su, avec aisance et retenue, sortir des difficultés des années révolutionnaires. Elle décède en 1804, après le mariage de son fils Étienne avec Adrienne, fille du baron de Montsaulnin Fontenay, en lui léguant un domaine agrandi qui lui permettra au XIXe siècle de tenir un rang de premier plan. Ces trente années de comptes ont rendu possible une étude de la vie économique en Berry avant et pendant la Révolution, ainsi que celle des relations entre 1’aristocratie et le monde des paysans et des artisans. Cette étude est précédée d’une préface de M. Philippe Goldman. Nicole Ovaere-Raudet, titulaire d’une licence d’Histoire-Géographie est revenue, après une longue absence, dans sa ville natale Bourges. Passionnée par l’Histoire et les textiles anciens, elle est aussi l’auteure de l’étude sur les Manufactures de dentelle créées par Colbert et de nombreux articles dans diverses revues dentellières. L’analyse du livre de comptes de Madame de Champgrand lui a permis d’étudier, outre la situation sociale et économique de la fin du XVIIIe siècle à Bourges, le vestiaire conséquent de cette famille aristocratique et de ses domestiques.

Édition du CGH-B /158 pages/
Broché/Prix: 22 € (hors frais de port).
ISBN 978-2-905445-52-0